Silence, on réinsère: quel bilan pour les ERS?

bilan ERSUn bilan des ERS? Rappelons que les Etablissements de réinsertion scolaire sont présentés comme le chaînon manquant entre les classes-relais et les centres éducatifs fermés.
Créés à la rentrée 2010, ils accueillent en internat scolaire des élèves réputés difficiles, exclus à de multiples reprises de leur établissement d’origine. L’encadrement adulte est renforcé: assistants d’éducation et un éducateur PJJ viennent renforcer l’équipe enseignante, composée de volontaires.

Le bilan, car la mise à jour du site du ministère tarde, tient dans une dépêche AFP reprise par plusieurs organes de presse début décembre.

Le bilan est « satisfaisant » selon le ministre qui parle chiffres:
« Sur 152 élèves, 92 ont intégré un collège, 35 sont en apprentissage et trois ont intégré un lycée », ﹝…﹞ « des vingt restants, certains n’ont pas pu rester parce que leur problème était trop lourd ou ont rempilé cette rentrée parce qu’il leur fallait un supplément de temps »

11 ERS en 2010-2011, 17 à la rentrée 2011 pour atteindre 20 au cours de l’année actuelle: le coût est élevé, plus de 15 000 euros par élève, étant donné le taux d’encadrement retenu.

Pour un bilan plus qualitatif, on se tournera vers un article critique du site d’information Owni, qui s’est heurté à bien des portes fermées: il a fallu naviguer entre les articles déjà parus, pas forcément laudateurs et les refus de communication de quelques institutionnels. Au final, le bilan apparaît bien plus mitigé.

Un récent rapport sur la lutte contre l’absentéisme et le décrochage scolaire consacre un chapitre sur les ERS et observe qu’il est encore tôt pour dégager un vrai bilan (p.29):

« L’institution des ERS étant extrêmement récente, il est encore trop tôt pour pouvoir l’évaluer de manière exhaustive et documentée. Dans le second ERS visité, il apparaît que la moitié des élèves en troisième pourraient avoir le brevet. En termes de comportement,
les élèves « anciens » sont deux fois moins perturbateurs que les élèves « récents », ce qui est un indicateur intéressant. Globalement le comportement pose plus de problème que l’insuffisance de travail, ce qui traduit l’effet scolaire positif de l’encadrement de
proximité, notamment l’accompagnement éducatif.(…)
Par ailleurs les media se sont fait l’écho de difficultés engendrées par le comportement des élèves de certains ERS en divers endroits. »

Nouvel Obs, « Chatel : premier bilan « satisfaisant » des établissements de réinsertion scolaire »: http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20111201.AFP0374/chatel-premier-bilan-satisfaisant-des-etablissements-de-reinsertion-scolaire.html

Sur le site d’information Owni, « Etablissements de réinsertion scolaire: silence dans les rangs »: http://owni.fr/2011/07/20/etablissements-de-reinsertion-scolaire-silence-dans-les-rangs/

La page « ERS » sur le site du Ministère: http://www.education.gouv.fr/cid52718/les-etablissements-de-reinsertion-scolaire-ers.html

 

Par Pierre Antonmattei et Annie Fouquet), secrétariat Général du Comité interministériel de Prévention de la délinquance. Mission permanente d’évaluation de la politique de prévention de la délinquance , Rapport sur la « Lutte contre l’absentéisme et le décrochage scolaire » (octobre 2011):  http://www.prevention-delinquance.interieur.gouv.fr/fileadmin/user_upload/02-Orientations_et_gouvernance/Mission_evaluation/MissionPermanente__Lutte_absenteisme.pdf

A voir aussi:
Mai 2011, dans le Parisien, « Les jeunes difficiles à l’école de l’armée »: http://www.leparisien.fr/hauts-de-seine-92/les-jeunes-difficiles-a-l-ecole-de-l-armee-06-05-2011-1437232.php
Avril 2011, dans le JDD, « Sarkozy parle éducation… et joue au ping-pong »: http://www.lejdd.fr/Societe/Education/Actualite/Nicolas-Sarkozy-et-Luc-Chatel-etaient-dans-un-ERS-pour-parler-education-299561/?sitemapnews

 

Be Sociable, Share!