Une Saint-Nicolas avec Victoire Bonnot

Filed under: Humour CPE,Le métier |

victoire_bonnotHasard du calendrier!
Victoire Bonnot, notre collègue télévisuelle était de retour pour la Saint-Nicolas! Le programme télé par SFR présentait l’épisode comme appartenant à la catégorie « téléfilm dramatique », mais ça, on le sait depuis l’épisode pilote en mars 2010.

C’était donc, encore une fois, dramatique.

Notre Victoire, si prompte à ranger chez les autres quand elle fait dans la déco, met un sacré bazar dans le scénario avec pas moins de 3 intrigues parallèles:
– d’abord sa mère qui débarque, trie, range (c’est de famille) et fait sa commandante, ce qui fait dire à sa fille: « pas question qu’elle gère mon cul! »
– un mystérieux site « NoteTprof.com » qui rend les élèves hystériques, les profs aussi, et vexe très fort l’assistante sociale qui se demande pourquoi elle est hors-concours,
– l’intrigue principale, celle de Patricia et de sa mère, sans-papiers, que tout le lycée va soutenir, avec force banderoles, pétitions, presse, photographes, occupation du gymnase (même que les profs d’EPS ne disent rien) et un proviseur qui manque de tourner de l’oeil.

Question voiture, grand mélange aussi: le marchand de sommeil de Patricia roule en grosse Audi, tandis que notre CPE se traîne dans une R5 hors d’âge.

Et le GROS problème de Victoire, c’est qu’il lui manque la signature maternelle sur l’autorisation de voyage de la classe de Patricia. De là, enquête, filature et bingo, elle retrouve son élève dans un hôtel pourri, fauteuils défoncés et accueil pas très accueillant. Là au moins, elle gagne en crédibilité professionnelle et prouve par A + B que c’est bien souvent par des détours impossibles que notre flair bien connu détecte le VRAI problème: son élève et sa mère sont des sans-papiers. La mère fait des ménages au noir et la fille s’essaie au vol de sacs à main de luxe, en s’enfuyant sur des pavés avec ses petites chaussures. Et même qu’elle ne se viande pas!

Victoire se rapproche, mais pas trop quand même, de l’avocat que sa mère veut lui filer entre les pattes et c’est en tout bien tout honneur qu’ils définissent ensemble le meilleur scénario pour préserver l’élève sans-papiers de l’expulsion.
Le tout se fait sous l’oeil inquiet du petit dernier, Arthur, haut comme trois pommes, qui curieusement, fait son stage d’observation dans le bureau de sa maman de CPE.

Entre deux, collision avec l’autre intrigue de l’épisode: le prof d’anglais et la prof de maths se disputent les suffrages des élèves sur le mystérieux site « NoteTprof.com », à coup de soirée billard ou de bisous arrachés à l’assistante sociale qui n’en demande pas tant …et se demande toujours pourquoi ELLE, elle ne peut pas concourir. Trop injuste.

Entre deux encore, forcément, la maman de Victoire, castratrice au départ, essaie de rattraper le temps perdu et on a droit aux inévitables gros plans sur les mains qui se serrent et les larmichettes qui coulent.
Parce que, chez les Bonnot, quand on se console, ça prend 3 secondes: « maman je t’aime », une tape sur l’épaule et voilà que je t’abandonne dans le grenier, avec une Victoire qui déballe ses souvenirs d’enfance et braie devant son diplôme du bac. Ma mère au moins, mon diplôme, elle se l’est trimballé pendant un moment dans son sac à main, trop fière ma mère. Jusqu’à ce qu’elle se fasse voler son sac à main, c’est ballot.

A la fin, le méchant marchand de sommeil est claqué sans ménagement sur le coffre de son Audi de frime par un policier très vénèr.

La scène que j’ai préférée? Le fan-club d’élèves qui s’époumone devant le commissariat où Victoire est gardée à vue: « Li-bé-rez notre CPE! Li-bé-rez notre CPE! » Top classe!

Je décerne un autre bon point à Victoire: l’épisode a dirigé plus de 1700 visiteurs uniques sur le site, essentiellement à partir de la recherche autour de « note ton prof »: c’était ma Saint-Nicolas à moi!

 

 

 

Be Sociable, Share!