Le CPE: souvent copié, jamais égalé?

Filed under: A lire,En direct,Gestion des absences,Le métier |

CPE?Dans la pile de rapports des Inspections générales enfin publiés (17 rapports fin mai, encore 21 début juin), un titre devrait attirer plus particulièrement notre attention: le rapport évaluant le dispositif des médiateurs de réussite scolaire.

A sa lecture, on comprend pourquoi il a été gardé sagement dans les rayons du ministère!

En 2009, un ministre avait trouvé excellente l’idée de recruter, sous contrats précaires bien sûr, 5000 « médiateurs de réussite scolaire » afin de lutter contre l’absentéisme scolaire. L’annonce avait été très fraîchement accueillie par les CPE mais aussi les assistants de service social: confusion des fonctions, empilement des mesures, alors que les équipes vie scolaire souffrent depuis des années d’un manque de considération qui passe d’abord par les suppressions de postes.

Le rapport enfin rendu public, datant de juillet 2010, donnerait presque le sourire, s’il n’évoquait des sujets sérieux, quand il fait le tri de ce que font ici et là les médiateurs de réussite scolaire. On reconnaîtra que leur mission est utile, mais qu’elle ne doit certainement pas être remplie à moindre frais pour la nation, sur le dos de personnels précaires et en dépit de la présence de personnels formés et pérennes, mais hélas en nombre insuffisant (CPE et assistants de service social).

Le sous-titre du rapport donne le ton: « Un dispositif qui ne répond que partiellement à ses objectifs et dont l’impact reste à démontrer »

On appréciera au passage que le compagnonnage avec le corps des  CPE n’aide pas à identifier le rôle des médiateurs de réussite scolaire:

« Il n’est pas possible d’établir un profil homogène et cohérent des médiateurs de réussite scolaire : la nature et l’étendue de leurs missions ont dépendu non seulement du profil souhaité par les établissements mais plus encore des compétences et du niveau de qualification des candidats. Cette absence de visibilité sur les activités des médiateurs a conduit un recteur à les qualifier de « secrétariat des CPE ». (page 17)

Si les actions des médiateurs de réussite scolaire au quotidien ne sont que « partiellement conformes » (page 17) aux instructions ministérielles, elles sont en général centrées sur le noyau de leur mission première: l’absentéisme.

« La grande majorité des médiateurs assure les fonctions de repérage et de contrôle des absences: c’est pour beaucoup leur principale mission, voire leur unique activité. En général, ils recensent les absences au jour le jour, les saisissent sur l’un des logiciels les plus habituellement utilisés, joignent les parents par téléphone ou par messagerie électronique pour les informer de l’absence de leurs enfants et obtenir la régularisation de cette absence. Cette opération est renouvelée le matin et l’après-midi. Certains médiateurs ont tenu à signaler qu’ils exerçaient cette fonction en ne quittant pas leur bureau : leur tâche est purement administrative.« 

Les médiateurs de réussite scolaire sont minoritaires à assurer leurs autres missions conformes aux instructions ministérielles:

« Quelques médiateurs, très minoritaires si l’on en juge par les entretiens et les informations recueillies, assurent les missions d’aide à la parentalité et de relations avec les familles : il s’agit en général de personnes plus âgées ayant exercé préalablement des fonctions de médiateur ou d’intervenant dans le milieu associatif. Ils reçoivent les parents et les élèves en entretien et animent les activités des Maisons des parents. »

Les auteurs du rapport ont tenté une typologie, précisant qu’aucun des ces profils n’était d’ailleurs homogène (page 19):

1. Un profil purement administratif où le médiateur repère, contrôle et gère les absences. 
2. Un profil où les missions des médiateurs peuvent être confondues avec celles des assistants d’éducation
3. Un profil de « médiateur social » où le médiateur noue des liens plus étroits avec
les élèves et les familles 
4. Un profil de « grand frère »

Enfin, l’impact de ce nouveau dispositif sur le taux d’absences reste difficile à établir, par manque de recul mais aussi parce que les établissements ne se sont pas dotés d’outils de suivi et d’évaluation:

« À cette date, l’impact du dispositif des médiateurs de réussite scolaire sur la réduction de l’absentéisme n’a pas été évalué par les rectorats : aucune enquête n’a été réalisée sur les objectifs de réduction des taux d’absentéisme fixés par la lettre ministérielle du 27 janvier 2009. » (page 20)

Rapport des Inspections générales (juillet 2010), Evaluation du dispositif des médiateurs de réussite scolaire : Un dispositif qui ne répond que partiellement à ses objectifs et dont l’impact reste à démontrer: http://media.education.gouv.fr/file/2010/10/3/2010-085-IGEN-IGAENR_216103.pdf

Be Sociable, Share!