Le CPE dans les amendements à la loi Fillon

Filed under: Le métier,Loi Fillon |

Sur les 452 amendements déposés à l’Assemblée Nationale sur le projet de loi Fillon, deux adoptés concernent notre métier. L’amendement n°131 modifie l’article 21 (conseil pédagogique) de façon à y introduire le concours d’un conseiller principal d’éducation. Il rappelle que l’acte éducatif se décline toujours sous ses deux formes, intimement liées: acte d’enseignement (transmission de savoirs) et vie scolaire. Enfin, et on peut le regretter, la présence du CPE est jugée nécessaire du fait de l’introduction d’une « note de vie scolaire ». Cela nous promet un beau mois de juin!!
Voir ci-après.

AMENDEMENT N° 131

présenté par

MM. MERVILLE et GEOFFROY

ARTICLE 21

(Art. L.421-5 du code de l’éducation)

Dans la première phrase du dernier alinéa de cet article, après les mots : « représentant de chaque champ disciplinaire », insérer les mots :

« le conseiller principal d’éducation ou un représentant des conseillers principaux d’éducation ».

EXPOSÉ SOMMAIRE

La création du conseil pédagogique est une nécessité. Elle est largement saluée. Si la mission de ce conseil est essentiellement axée sur la coordination et la concertation entre les enseignants, elle ne peut pas ignorer la dimension éducative qui accompagne, au travers de l’activité du service de la vie scolaire, l’ensemble des actes pédagogiques et à ce titre participe à l’organisation générale de l’enseignement.

Cette réalité ne pourra qu’être accrue par les nouvelles dispositions relatives au remplacement des enseignants qui reposera en grande partie sur le concours de la vie scolaire.
L’introduction, pour le brevet, d’une note de vie scolaire renforcera la nécessaire coordination des actions pédagogiques et éducatives. Il est donc indispensable que le conseiller principal d’éducation soit membre à part entière du conseil pédagogique.

Le 2ème, 180ème portant sur l’article 23 (IUFM) semble réparer un « oubli »: les IUFM forment « aussi » les CPE!

AMENDEMENT N° 180
présenté par
M. RAISON et Mme BRANGET
———-
ARTICLE 23

Compléter cet article par le paragraphe suivant :
« Un décret précise les missions des Instituts Universitaires de Formation des Maîtres et leurs modalités d’intégration au sein des universités notamment le maintien du maillage du territoire offert par les centres départementaux, le caractère pluridisciplinaire des IUFM et le fléchage des crédits au sein du budget des universités. »
EXPOSÉ SOMMAIRE
L’intégration des IUFM au sein des universités constitue une avancée notable en leur permettant de s’intégrer dans la dynamique universitaire européenne et son système d’équivalence.
Néanmoins, le projet de loi doit s’assurer que certaines qualités des IUFM ne disparaissent avec cette intégration.
Ainsi, il faut garantir le respect d’un maillage territorial qui repose sur les centres départementaux des IUFM, de manière à éviter toute tentation de recentralisation sur les pôles universitaires. Il en va également de la qualité de la formation professionnelle des enseignants qui repose sur la diversité et la proximité des terrains de stage.
Ces centres départementaux constituent parfois les seules structures locales de l’enseignement supérieur proposant des services tels que des médiathèques, des moyens informatiques.
En outre, certains IUFM se sont engagés, avec l’appui de collectivités locales, dans des investissements importants sous la forme de projets immobiliers ou la mise en place d’équipements lourds en lien avec leur vocation spécifique. Il faut que des garanties soient données par ce décret afin que ces investissements soient maintenus et dévolus, dans la durée, à la formation des enseignants. Un fléchage des crédits de fonctionnement et d’investissement affectés aux IUFM devra être spécifiquement prévu.
Enfin, il ne faudrait pas que ce rattachement nuise au caractère pluridisciplinaire de la formation dispensée en IUFM. En effet, l’état actuel du projet de loi ne garantit pas que cette pluridisciplinarité sera maintenue si un IUFM est intégré au sein d’une université à dominante scientifique ou littéraire. Cette dimension est essentielle car les IUFM ont pour mission première de former, pour la Nation, tous les professeurs des écoles, des collèges, des lycées généraux et professionnels ainsi que les conseillers principaux déducation et les enseignants spécialisés.

Be Sociable, Share!