L’absentéisme en lycée professionnel

Filed under: Actualités |

cereq

« L’absentéisme annonce bien souvent le décrochage. Son repérage constitue un enjeu important pour les personnels des établissements publics locaux d’enseignement. Toutefois, l’hétérogénéité des outils, de leurs usages, et le développement du phénomène rendent ce repérage complexe. Des lieux comme les Groupes d’aide à l’insertion (GAIN), expérimentés par certaines académies, peuvent être l’occasion pour les personnels concernés de mieux partager règles et informations. »

Le Bref du Cereq  (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) de janvier 2013 étudie le « décalage qui existe entre la théorie et la pratique, c’est-à-dire entre la précision des consignes et la complexité de leur application. »

En effet, les données relevant des absences mettent dans le même panier l’élève arrivé en retard, empêché de rejoindre le cours, à qui on décomptera 1/2 journée d’absence, les absences très légitimes (deuil, hospitalisation) que des élèves ne justifient même pas, des élèves partis en stage ou en voyage scolaire, avec parfois les exclus temporaires de la journée.
Les auteurs de ce Bref rappelle à cette occasion une remarque ancienne d’un rapport d’une recherche menée par des sociologues sur la déscolarisation, où Arlette Meunier disait en 2002:

« L’analyse des conditions de production de la statistique institutionnelle nous a permis de montrer ce que l’approche quantitative peut avoir d’illusoire dans la précision et la réalité qu’elle prétend cerner. Ainsi, l’absentéisme scolaire apparaît au terme de notre enquête le produit d’une construction institutionnelle qui livre autant d’informations sur ceux qui la mettent en œuvre que sur ceux qu’elle prétend décrire. » 

 

A ce traitement quantitatif hétérogène s’ajoute une gestion au cas par cas, en décalage avec les consignes institutionnelles (mais doit-on le regretter?): « Un même motif d’absence peut donc être jugé recevable pour un élève et non valable pour un autre. Des élèves cumulant le même nombre élevé d’absences non justifiées ne seront pas forcément tous signalés à l’Inspection académique si l’un d’eux, par exemple, est connu pour être dans une situation familiale dite lourde. »

D’où des « cas de conscience », un sentiment de n’être pas « juste », dans son traitement de l’absentéisme: les surveillants et les CPE « s’interrogent sur les injustices qu’ils sont à même de commettre en prenant quotidiennement des décisions de façon isolée.« 

(CEREQ) Gestion de l’absentéisme en lycée professionnel (janvier 2013): de la règle à la pratique: http://www.cereq.fr/index.php/actualites/Gestion-de-l-absenteisme-en-lycee-professionnel-de-la-regle-a-la-pratique

 

Be Sociable, Share!