La chasse aux normes est ouverte

Filed under: Actualités,En direct |

Il y a une autre règle, pour qui  veut noyer son chien, moins connue que celle qui consiste à le noyer, mais plus acceptable: il suffit de le ridiculiser.

Un rapport sur la lutte contre l’inflation normative a été remis le mois dernier, par leurs auteurs désignés en décembre dernier:  Alain Lambert et  Jean-Claude Boulard, de deux bords opposés pour faire bonne mesure.

Pour un rapport public, le ton ne manque pas d’étonner.
Humour, dessins de Plantu, prix décernés dans le genre « les Gérard de la télévision »: c’est une rhétorique façon Pernaud pour pointer du doigt les normes absurdes, comme celles de ces  « normes sismiques là où la Terre n’a jamais tremblé » (page 25), ou ce diplôme national (page 26) dont doivent être munis depuis 2008 les agents qui assurent les cérémonies funéraires « pour l’exercice de professions pour lesquelles la meilleure école de formation reste celle de la vie. », ou encore se vexer de  la victoire de l’escargot de Quimper (page 19) qui, armé de son statut d’espèce protégée au niveau national et d’intérêt au niveau européen, est venu à bout d’un projet du Stade brestois.

Ces exemples sont repris dans la presse qui rend compte de ce rapport, façon anecdotes rigolotes qui « l’air de rien, c’est sérieux, paralysent la France ».
Dans la ligne de mire des rapporteurs, les « 400 000 normes. Il s’est constitué au fil du temps par addition, sédimentation, superposition, comme les couches d’une géologie juridique. » (page 10)
Car les rapporteurs se voient bien partis en « chasse »: « Lors de cette chasse, nous avons rencontré les lobbies qui dressent des chiens de garde derrière chaque norme comme d’autres derrière chaque niche fiscale. »

La suite de leur raisonnement devient franchement intéressante:

« De puissants défenseurs de normes sont prêts à dénoncer tout assouplissement comme un signe de  laxisme ou de recul.
Certains secteurs connaissent même une quasi-sacralisation de la norme qui rend presque impossible tout débat d’étalement ou d’assouplissement. Tel est le cas des normes dans le domaine du handicap. » (page 20)

Loi HandicapEtaler? assouplir? c’est bien ce que tentent de nombreux décideurs depuis quelque temps, à l’approche de l’échéance fatidique, 2015. Une loi Handicap, oui, mais pas trop contraignante, juste pour se convaincre qu’on est moderne, compatissant et en règle avec sa conscience de valide, parce que, quand même, les z’handicapés, y font rien qu’à squatter des places réservées et à passer devant tout le monde à la caisse…

Les rapporteurs continuent sur leur lancée, sûrs de leur fait:

« Bien qu’il soit admis que l’horizon 2015 ne sera pas tenu et que certaines règles d’accessibilité, par leur excès même, se révèlent inapplicables, personne n’ose ouvrir le débat de peur d’être accusé  d’indifférence à l’égard des demandes légitimes des personnes handicapées. » (page 20)

Et pour finir, ils nous prescrivent de rester zen:« Pour décrisper le dossier normatif dans ce secteur, il faudrait lancer « des conférences de consensus »afin de définir de bonnes pratiques d’accessibilité adaptées aux moyens. » (page 20)

Et quand les deux rapporteurs pensent adaptation, ils pensent sans recul à:

« – Admettre que l’assistance ponctuelle des personnes peut remplacer, dans certaines circonstances les aménagements difficilement réalisables » (page 33)

Et la caution morale de cette invention? une architecte avec handicap moteur dont les propos appuient les rapporteurs valides qui n’en demandaient pas tant et ont dû applaudir des deux mains cette trouvaille dans la bouche d’un n’handicapé.

« Les normes conçues en faveur des handicapés s’attachent beaucoup à leur permettre de se débrouiller de manière autonome ce qui est tout à fait à leur honneur. Mais du coup, on sous-estime trop l’aide que peut leur apporter l’entourage au sens large et même très large. Quand j’assure une visite de chantier, je n’ai en général même pas besoin d’expliquer mes difficultés à marcher. Il suffit d’un temps d’arrêt ou d’une hésitation de ma part, pour qu’une main se tende, main de chef ou main de simple ouvrier. » (Véronique Hazera, Architecte DPLG)

Je partage une toute petite partie de l’avis de cette personne avec ses difficultés à marcher. Aux Etats-Unis, tous les ans, dans les grandes villes, mon mari et moi hésitons à faire une pause devant la porte d’un édifice public, ou d’un commerce, ou d’un musée, bref, de tout ce qui comporte une porte: il ne s’écoule pas 3 secondes avant qu’un passant nous propose son aide, pensant que nous n’avons pas vu le bouton ou la plaque à bonne hauteur de l’accoudoir de notre carrosse  qui permet d’obtenir l’ouverture de ladite porte, pensant que nous voulons passer par cette porte alors que…. je faisais juste une pause, ou je fouillais dans mes poches, ou encore je proposais à Philippe de manger une glace…. On rit alors de bon coeur et on fait notre pause un peu plus loin.

Reparlons de « l’aide que peut leur apporter l’entourage au sens large et même très large »: au sens très large, cela inclut le passant lambda, le parfait inconnu, (« main de chef ou main de simple ouvrier », cette espression! comment dire…), qui va m’aider à passer le seuil trop important d’une voirie mal conçue pour les moins-valides, en manipulant mon fauteuil qui coûte plus cher que votre citadine?? Chiche? 

Liberté, égalité, dépoussiérage dit le dessin de Plantu en couverture du rapport de la mission de lutte contre l’inflation normative: une loi handicap, déjà vieille? déjà poussiéreuse?

Ca n’a rien à voir mais un autre cheval de bataille de ce rapport qui fait la chasse aux normes, c’est la cantine. Ridiculisons la norme et appelons-la: « La norme saucisses, œufs durs, nuggets. » (page 21) avec son nom de code « décret et arrêté du 30 septembre 2011 prescrivant la place respective des saucisses, des œufs, des nuggets, petits pois et autres produits dans tous les restaurants scolaires de france. » 

Chouette, c’est de nouveau frites ce midi!  😀

Rapport de la mission de lutte contre l’inflation normative: http://missionnormes.fr/wp-content/uploads/2013/03/rapport-web-normes-final.pdf
Le Monde (27 mars),« Soixante mesures pour mettre un terme à l’inflation normative »: http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/03/27/soixante-mesures-pour-mettre-un-terme-a-l-inflation-normative_3148657_823448.html
Sur Handicvap.fr, « Alléger les normes : de nouvelles dérogations handicap? »: http://informations.handicap.fr/art-accessibilite-20-5939.php

Be Sociable, Share!

One Response to La chasse aux normes est ouverte

  1. Pingback: Sécurité et accessibilité des EPLE: rapport 2012 de l’ONS | CPE et Vie Scolaire