Transports scolaires: les élèves handicapés encore une fois exclus

Filed under: Elèves handicapés,En direct |

Le handicap coûte cher; mais la recherche d’une politique à moindre coût, louvoyant à tout prix pour retarder, déroger, détourner,  nous coûte notre liberté. (Oui, quand je parle de handicap, je dis nous)

L’annonce du principe de la titularisation des AVS ne doit pas faire oublier que des pans entiers de la vie des personnes handicapées continuent à représenter un parcours du combattant, et/ou à présenter des aspects d’exclusion.
Une réponse récente à une question d’un sénateur soulève plus de questions éthiques, qu’elle ne semble vouloir résoudre un banal problème de transport.

Provijn Stefaan: Very Important Pirate

Provijn Stefaan: Very Important Pirate: http://www.gripvzw.be/

Un sénateur a interpellé le ministère chargé des transports, de la mer et de la pêche à propos des transports scolaires:

« En effet, en France c’est près de 35 000 autocars non accessibles aux handicapés sur les 47 000 affectés au service public qui ne pourront plus être utilisés si aucune souplesse n’est mise en œuvre Ainsi, après la parution du rapport de Mme la sénatrice Campion, les professionnels et, notamment, les entreprises de transport de voyageurs, s’interrogent tant sur les délais que sur les adaptations leur permettant de répondre aux objectifs légaux dans des conditions techniques, administratives et financières acceptables. »

Les transporteurs s’interrogent sur les délais? nous sommes en 2013, la loi Handicap date de 2005. Le calendrier était connu.
Les transporteurs s’interrogent sur les adaptations nécessaires pour répondre aux objectifs? Là encore, le calendrier était connu, les associations spécialisées ne sont que trop heureuses de partager leur expertise et les ressources, institutionnelles ou non, abondent.
Il y a encore quelques mois, des représentants d’une marque-label liée à la construction  nous ont rencontrés, mon mari et moi, afin de définir ensemble ce que chaque partie pouvait apporter à l’autre pour promouvoir un bâti accessible universel.

La mauvaise foi de certains est donc un système de défense tout à fait regrettable.

Car quelle est la réponse du ministère des chargé des transports au sénateur Jean-Léonce Dupont ? Réponse de valide, calculette à la main: reconnaissons-le, oui, le handicap coûte cher, oui, la mise en accessibilité a un coût.
Le changement, c’est pour après-demain?

« … pour assurer une bonne scolarisation et insertion sociale des enfants, le transport spécialisé tel que déjà prévu par le code de l’éducation, s’avère tout à fait pertinent, en répondant aux besoins individualisés de l’enfant, et financièrement plus proportionné que l’accessibilité de tous les transports scolaires imposée par la loi de 2005. »

Et le ministère d’enfoncer le clou: il s’agit « d’examiner, de façon concertée, la pertinence du maintien d’une exigence d’accessibilité pour l’ensemble des points d’arrêt ne desservant que les lignes de transport scolaire. » Ne nous faisons donc pas d’illusions: c’est encore une manière de reculer, inélégante, hypocrite, qui veut faire croire que tout cela sera réfléchi dans la dignité.

 

Labeeuw Gregoire: bioscoop

http://www.gripvzw.be/
Labeeuw Gregoire: bioscoop

On estime donc, calculette en main, qu’en effet, il est plus rentable, moins cher, plus faisable, en un mot tellement moins ch…., de transporter les élèves handicapés par des moyens spécialisés (camionnettes etc) plutôt que de promouvoir des bus accessibles à tous: continuons de nous exclure, en nous faisant monter dans des camionnettes, tandis que les autres voyageront en copains ensemble.

Les enfants valides passeront à côté de la chance de voyager avec un copain monté sur roulettes, à côté de la découverte et de la comparaison des solutions techniques pour embarquer un fauteuil ou rendre confortable et sécurisé le trajet d’une personne malvoyante ou malentendante.
Et c’est aussi un peu pour ça, parce qu’on nous transporte à part, qu’on nous traite à part, que valides et moins-valides se méconnaissent parfois: il est 22h, je me gare sur une place handicapée, ben voyons, ils ne sortent plus à cette heure, nan? nan?

Qu’importe, pourvu que ça ne coûte presque rien. Et puis il faudra encore dire merci?

Accès des handicapés aux transports scolaires et urbains (Question écrite n° 06113 du sénateur Jean-Léonce Dupont), question (2 mai 2013) et réponse (29 août): http://www.senat.fr/questions/base/2013/qSEQ130506113.html

A voir aussi (2007), différentes solutions techniques adoptées par des bus à New York ou Orlando (ceux qui nous suivent, savent qu’à Las Vegas, San Francisco ou Washington, nous avons fait les mêmes découvertes heureuses):

 


Accessibilite des bus aux USA pour fauteuils… par handimobility

Be Sociable, Share!

2 Responses to Transports scolaires: les élèves handicapés encore une fois exclus

  1. Qui plus est, le transport par des sociétés spécialisées type Vortex ou GIHP coute une fortune aux conseils génet pour nos élèves ou est l'acquisition de l'autonomie ? Je ne parle même pas du travail supplémentaire engendré par la gestion des feuilles de présence qui permettent le paiement pas le CG et qui sont à la charge du CPE !!

    Guy
    1 octobre 2013 at 11:19

  2. Pingback: elle roule en fauteuil | Transports scolaires: les élèves handicapés encore une fois exclus | CPE et Vie Scolaire