Des assistantes sociales scolaires contre les médiateurs de réussite scolaire

Filed under: A lire,En direct,Gestion des absences |

Les CPE ne sont évidemment pas les seuls concernés par le recrutement actuel de 5000 médiateurs de réussite scolaire. Nos partenaires dans la prévention et le traitement de l’absentéisme, les assistantes sociales scolaires se mobilisent également.
Le SNUAS-FP (Syndicat National Unitaire des Assistants Sociaux de la Fonction Publique-Fédération Syndicale Unitaire) a récemment lancé une pétition un peu semblable à celle de l’ANCpE, avec des termes peut-être plus combatifs:

snuas« Ces « médiateurs », personnels sous statut précaire, non formés, non qualifiés, recrutés sur les quartiers dits de relégation sociale, constituent une solution simpliste et inadaptée qui ne correspond pas aux besoins d’accompagnement des familles et de leurs enfants en voie de déscolarisation. Cette mesure improductive ne fera que complexifier le travail des personnels de l’Education Nationale, comme si les bonnes intentions et les bonnes volontés suffisaient à régler des problématiques sociales et éducatives, vécues par les jeunes et leur famille !« 

Et en effet, il y a de quoi être en colère du côté des assistants sociaux: les personnels médicaux-sociaux sont sollicités pour la formation de ces nouveaux personnels recrutés en contrats aidés, afin de les rendre aptes à remplir leurs missions au 1er mars. A cette réquisition, le SNUA répond dans sa lettre aux AS-conseillères techniques:

« nous ne pouvons cautionner qu’il ne faudrait que quelques heures pour être capable d’exercer tout ou partie de notre profession, d’autre part, il nous paraît difficile avec la charge de travail que nous assumons de participer à cette formation. L’exercice de nos missions ne s’improvise pas. Le traitement de l’absentéisme, le soutien à la parentalité demande non seulement une grande qualification mais aussi une expérience certaine dans les relations humaines.« 

Le SNUAS soulève une autre question, celle du secret professionnel: « En aucun cas, nous ne pourrons « échanger -travailler ensemble » sur les suites à donner et ce, afin de respecter les usagers qui nous font confiance. Le secret professionnel, comme vous le savez, ne protège pas les travailleurs sociaux mais bien les usagers et aujourd’hui cet élément est plus que jamais à prendre en compte. »

Qu’on ne nous oppose pas l’argument habituel du secret professionnel qui gênerait le travail d’une équipe pluridisciplinaire: imaginons un seul instant que l’usager dont il est question, dont on expose la « situation », c’est nous, pas le parent d’élève. Que notre vie personnelle voire privée, soit exposée à une table autour de laquelle s’assoient divers personnels, certains soumis au secret, d’autres pas, certains formés à la discrétion, d’autre pas… quand il s’agirait de nous, de notre enfant, d’un bout de notre vie qui, un jour, bascule, n’y verrions-nous pas une effraction de notre intimité, une atteinte pleine d’irrespect?

A suivre:
Pétition du SNUAS-FP, « L’Etat doit prendre ses responsabilités et renforcer les services sociaux déjà existants auprès des jeunes« : http://www.snuasfp-fsu.org/SIGNEZ-LA-PETITION-CONTRE-LE#sp482
Le SNUAS-FP écrit à toutes les conseillères techniques…: http://www.snuasfp-fsu.org/LE-SNUASFP-ECRIT-A-TOUTES-LES

Be Sociable, Share!

2 Responses to Des assistantes sociales scolaires contre les médiateurs de réussite scolaire

  1. Perso, je suis contre cela !
    Lisez la « convocation »
    et vous verrez contre quoi je me révolte, ce qui ne se dit pas et que l’on doit cacher..
    http://clem28.vip-blog.com/

    clementine severin
    6 avril 2009 at 23:50

    • Mon Petit Éditeur
      14, rue des Volontaires – 75015 Paris – France
      Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 – Fax : +33 (0)1 53 69 65 27
      http://www.monpetitediteur.com – e-mail : presse@monpetitediteur.com

      Relais mortels
      par Clémentine Séverin

      Relais mortels

      Le docteur Pierre Bertrand, médecin psychiatre psychothérapeute, décide d’envoyer des mails à son ami et confrère, le docteur Brice Martin, médecin généraliste. Une courte correspondance entre eux ne laisse aucun doute sur leurs intentions et sur leurs actes passés concernant leur patiente, Camille Arnaud. Comment va réagir Camille Arnaud? Sera-t-elle sauvée en quittant ces deux médecins? Clémentine Séverin, assistante sociale, a déjà écrit plusieurs récits et recueils de nouvelles, fondés sur des faits réels. « Relais mortels » est un roman, mais ne s’inspire-t-il pas d’une sombre réalité?

      10 € TTC – 78 pages
      EAN n° 9782748371185 – Edition brochée

      Pour commander l’ouvrage:
      Site Internet : http://www.monpetitediteur.com
      Tél. : +33(0)1 53 69 65 55 – Fax : +33(0)1 53 69 65 27

      Relations presse : Céline Dhainaut
      Tél. : +33(01) 53 69 65 55 – e-mail : presse@monpetitediteur.com

      Mon Petit Éditeur – S.A.S. au capital de 120 000 € – R.C.S. PARIS B 453 879 306 – SIRET : 453 879 306 000 18 – Code NAF : 5811Z

      clementine severin
      5 décembre 2011 at 21:33