Education ou brigade spéciale?

Filed under: Danger prévention,En direct,Violence(s) |

assemblée nationaleLes premières questions tombent à l’Assemblée nationale: concernant les mesures annoncées par le ministre pour lutter contre les intrusions, les introductions d’armes ou la violence, un député évoque les réactions du SNES ou de la FIDL. Un autre s’inquiète et s’appuie sur des chiffres bien utiles à une démonstration qui se cache à peine.

Michel Liebgott questionne:

« Une semaine après avoir proposé d’installer des portiques de détection de métaux devant certains établissements après l’agression à l’arme blanche d’une enseignante en Haute-Garonne, il vient d’être suggéré d’autoriser les fouilles d’élèves à l’intérieur des établissements. La création d’une brigade spéciale d’intervention est également une piste qui a été évoquée. Le SNES-FSU, principal syndicat d’enseignants des collèges et lycées, a demandé au Gouvernement « de privilégier l’éducatif sur le tout sécuritaire, de privilégier les moyens humains permettant le dialogue et l’accompagnement plutôt que de développer les portiques » de sécurité. Pour le syndicat Unsa-Éducation, la proposition gouvernementale tient « plus du souci de communication que de l’action de fond ». Enfin la FIDL, deuxième organisation lycéenne regrette que « cela ne revienne à mettre en place une police des écoles ».

Quant à Pierre Morel-A-L’Huissier, il s’inquiète:

« Chaque mois, une vingtaine de « faits graves » commis à l’aide de couteaux et autres bâtons sont recensés dans les lycées et collèges. Il lui demande de bien vouloir lui préciser les moyens de lutte existants contre ces violences ainsi que la liste des établissements les plus « dangereux.« 

La question de Michel Liebgot (9 juin): http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-51426QE.htm

La question de Pierre Morel-A-L’Huissier (9 juin): http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-51424QE.htm

Be Sociable, Share!