Le CPE remplaçant de l’enseignant?

Filed under: A lire,En direct,Le métier |

cpeQuestion intéressante d’un député à l’Assemblée nationale: pourquoi ne pas utiliser les compétences disciplinaires spécifiques d’un CPE pour effectuer un remplacement d’enseignant dans son propre établissement?


« M. Philippe Vigier attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur le statut des CPE dans les établissements scolaires. En effet, le lycée professionnel Jean-Félix-Paulsen situé à Châteaudun (Eure-et-Loir), manquant d’enseignant en espagnol pour quatre heures de cours dans la semaine, ne peut pas faire appel à l’une de ses deux CPE, titulaire d’une maîtrise d’espagnol. Le lycée se voit obligé face à la situation de recruter en passant par Pôle emploi. Il souhaite savoir si le statut des CPE, ainsi que celui des documentalistes, peut évoluer, autorisant ainsi ces derniers à enseigner en cas de besoin dans leur établissement, en vérifiant au préalable, si leur niveau d’études et leur spécialisation le permet. »


Il reste des questions en suspens: quid de l’allongement des journées  et de la surcharge de travail? Personnellement, je suis titulaire d’un CAPES d’histoire et même si j’ai peut-être encore de beaux restes (disciplinaires!), je pense qu’il serait préjudiciable de jongler avec deux casquettes, en plus du képi qu’on nous place volontiers sur la tête.
Comment gérer aussi le volontariat imposé?


Réponse dans quelques semaines ou mois, délai habituel à l’Assemblée.


Question de Philippe Vigier, 10 novembre: http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-63113QE.htm


Be Sociable, Share!

6 Responses to Le CPE remplaçant de l’enseignant?

  1. Dans certains établissements nous sommes infirmière,nous pouvons aussi faire fonction de secrétaire ou d’adjoint,prof ne nous avait pas été proposé ça devait nous manquer cruellement.
    Trêve de plaisanterie, ma nièce à travaillé en Pologne, et là les profs doivent, au pied levé, remplacer leurs collègues absents,et bien c’est totalement perdre son temps………,alors le pauvre CPE qui n’a pas enseigné depuis……..
    Enfin bref encore un qui aurait mieux fait de se taire

    line
    9 décembre 2009 at 14:41

  2. je suis titulaire d’une licence d’histoire, vieille de plss de 20 ans je ne me vois pas enseigner au pied levé et qui viendra faire mon boulot de CPE je fais déjà celui de l’infirmiere?!!!

    lemaitre valerie
    1 décembre 2009 at 16:38

  3. En effet, il s’agit là encore d’une proposition pour décrébiliser notre travail et le considérer comme caduc….quelle dommage.
    Le plus juste est encore d’ouvrir des postes aux concours et de former davantage d’enseignants plutot que de concourir aux recrutements des Contractuels, tant est qu’il soit dispo!

    CéPéE
    21 novembre 2009 at 20:23

  4. Et pourquoi ne pas ouvrir plus de postes auX concours?

    gargared
    12 novembre 2009 at 21:11

  5. Eventuellement , l’ECJS en lycée …
    ou l’équivalent ….

    Jean Paul
    12 novembre 2009 at 12:06

  6. « je pense qu’il serait préjudiciable de jongler avec deux casquettes, en plus du képi qu’on nous place volontiers sur la tête. »
    J’aime beaucoup la tournure!
    Vu le travail de préparation disciplinaire, il est évident que ce genre de remplacement au pied levé est lourd de conséquences sur l’emploi du temps du cpe (et du service vie scolaire). Pourquoi pas, également, mettre à profit ces heures pour des interventions auprès de la classe, ou des séances plus profilées autour de notre identité professionnelle?

    Edukator
    12 novembre 2009 at 9:03