Trop tard pour être inspecteur à Paris

Filed under: A lire,En direct |

Certains rapports institutionnels offrent une lecture savoureuse, s’ils ne pointaient pas tant au moins des anomalies, au pire des gaspillages de l’argent public.
C’est le cas du rapport de la Cour des Comptes rendu public cette semaine.

Pour mémoire, la Cour des Comptes est une juridiction administrative qui contrôle l’action du gouvernement: contrôle de la gestion de toutes les administrations, de tous les organismes publics ou parapublics nationaux. La Cour des Comptes vérifie également l’emploi des fonds publics  alloués à des organismes privés et contrôle l’exécution des lois de finances.

Son dernier rapport passe en revue les niches fiscales, l’efficacité de la lutte contre le SIDA, ou encore le surendettement des particuliers.

Parmi les chapitres traités, l’un traite d’une bizarrerie dénichée au sein de l’Education nationale: les inspecteurs de l’Académie de Paris, sous-titré « une survivance historique injustifiée« .

Qu’on comprenne bien: les inspecteurs mentionnés ont été créés en 1810 et avaient à l’origine une véritable fonction de contrôle des établissements et des enseignants du second degré de l’académie de Paris. Et cela dura un siècle et demi, jusqu’à la création en 1962 du corps national des inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux (IA-IPR) qui ne représenta pas pour autant l’arrêt de mort de la précédente fonction.

C’est cette situation de « double-emploi » manifeste que pointe le rapport de la Cour des Comptes, dans des termes choisis:

« En définitive, au terme de ce processus, les missions des inspecteurs de l’académie de Paris, devenues au fil du temps de plus en plus imprécises, ont eu pour caractéristique de ne plus correspondre que de façon marginale à la dénomination de ces fonctionnaires. »

Etre inspecteur dans ces conditions?
« Ces nominations ne sont assujetties à aucune condition : n’importe quelle personne peut être nommée dans ces fonctions, qu’elle ait ou non obtenu un diplôme, qu’elle ait ou non déjà exercé dans la fonction publique, qu’elle ait ou non acquis une expérience professionnelle dans le domaine de l’éducation, et quels que soient son âge ou la nature des fonctions précédemment exercées. »

la rémunération est attrayante: « d’environ 4.500 €, c’està-dire à un niveau plus élevé que la plupart des hauts fonctionnaires en début de carrière. »

Pour un rythme de travail qui n’engendre pas le stress: 

« Le contrôle mené par la Cour a par ailleurs permis de constater qu’une proportion de l’ordre d’un tiers des inspecteurs de l’académie de Paris n’avait qu’une activité faiblement identifiée au sein des structures auxquelles ils étaient rattachés, qu’il s’agisse du rectorat de Paris, de l’IGEN, ou d’autres administrations. »

Le mot de la fin?

« En fait, loin d’enrichir les travaux menés au sein ou en dehors de l’académie de Paris, les nominations de certains inspecteurs leur ont surtout permis de percevoir des revenus supplémentaires tout en conservant leur activité antérieure, ou bien d’obtenir une garantie de revenus en consacrant une part notable de leur temps, et parfois même largement prédominante, à des occupations d’ordre privé ou politique. »

Au cours du contrôle de la Cour des comptes, le ministère s’est engagé à supprimer ce corps devenu bien encombrant.

Le chapitre relatif aux inspecteurs de l’académie de Paris: http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPA/4-inspecteurs-academie-Paris.pdf
Le sommaire général du rapport: http://www.ccomptes.fr/fr/CC/Sommaire-23.html

Be Sociable, Share!

4 Responses to Trop tard pour être inspecteur à Paris

  1. Je rectifie les chiffres:

    3900 participants aux épreuves d’admissibilité cette année
    250 postes à pourvoir

    ça laisse 1 chance sur 16.

    klo
    17 février 2010 at 11:17

  2. C’est vrai que c’est tentant.

    Tandis que CPE c’est difficile, ingrat, extrêmement difficile (1 reçu sur 25 au concours externe) et mal payé.

    Alors pourquoi tant de postulants??!!

    klo
    17 février 2010 at 11:03

  3. Ç’a eu payé!

    Gabrielle Lamotte
    10 février 2010 at 22:21

  4. ah bah mince j’aurai bien fait inspecteur si je n’arrive toujours pas à avoir ce satané concours!!

    miralb
    10 février 2010 at 22:03