Un internat d’excellence pour quoi faire?

Filed under: Hébergement,Outils d'aide,Suivi des élèves |

Pour les « jeunes qui sont motivés, qui méritent, travaillent, ont des bons résultats scolaires mais dont on sait que les conditions de travail à la maison sont un peu compliquées« , 20 000 places (en seconde, première et terminale) en internats d’excellence seront ouvertes à la rentrée 2010, a annoncé ce matin Fadela Amara, secrétaire d’Etat à la Politique de la Ville.


Ces nouvelles créations seront financées par le « grand emprunt », à hauteur de 500 millions d’euros.

Qu’est-ce qu’un internat d’excellence?
L’exemple qui nous vient à l’esprit est évidemment celui de Sourdun, ouvert en 2009, premier du genre: une vitrine avec son terrain de 50 hectares et sa capacité de 500 lits. (mon internat de 40 lits et ses places labellisées « excellence » fait figure de petit Poucet!)

Le dossier de presse du ministère décrit le projet des internats d’excellence comme suit:

« Les internats d’excellence offrent en effet à des élèves motivés des conditions de travail optimales : une pédagogie ouverte, dispensée par des professeurs volontaires, un accompagnement personnalisé, renforcé par une aide aux devoirs, des activités sportives, scientifiques et culturelles, l’accès aux nouvelles technologies et un dispositif dit « cordée de la réussite » permettant de poursuivre des études supérieures. »


Précision: deux types de places existent:
– les internats d’excellence proprement dits, créés dans d’anciens presbytères (Guyane), des casernes (Montpellier, Noyon) ou IUFM (Douai) autour d’un pôle d’excellence spécifié dans le projet de départ: projet à dominante artistique (Nice), linguistique (Montpellier), scientifique (Douai) ou sportive (Rugby à Cachan)
– les places labellisées « excellence » dans des internats existants (pas plus de 20 places labellisées par établissement), entre autres dans les anciens internats de « réussite éducative »: 2 900 places à ce jour pour un objectif de 4 000 d’ici 2011. Elles s’appuient également sur un projet éducatif autour d’une dominante: arts, sports, langues, numérique.


Obtenir une labellisation « excellence » pour un internat existant a un impact financier important pour l’EPLE porteur: un interne d’excellence « vaut » 2000 euros, qui doivent couvrir l’ensemble des actions spécifiques menées dans le cadre du projet individualisé qui lui sera proposé. Quand je lis sur le site du ministère « Tout élève motivé qui ne dispose pas d’un contexte favorable pour étudier peut demander à entrer en internat d’excellence. », je relève qu’on parle juste de « demander » .


La page Eduscol dédiée aux internats d’excellence le précise à toutes fins utiles:

« La politique de la ville verse 2 000 € aux établissements scolaires pour chaque interne issu de l’éducation prioritaire et/ou des territoires de la politique de la ville accueilli sur une place labellisée. Ce financement doit aider le chef d’établissement à mettre en œuvre l’accompagnement renforcé. »


Convertir un I.R.E. (Internat de Réussite Educative) en internat d’excellence demande un peu de gymnastique: un interne « IRE » ne devient pas forcément « excellence » et un ancien non-IRE (par exemple un élève ayant choisi l’internat pour une section sportive proposée dans l’EPLE) peut être étiqueté « excellence ». Il faut savoir alors jongler avec les dispositifs de droit commun (fonds sociaux, acompagnement éducatif…) pour prendre en charge certaines difficultés des anciens « IRE », redevenus « simples » internes, sans label particulier parce que non-issus des quartiers de la politique de la Ville, non éducation prioritaire, mais dont les familles continuent de vivre dans la précarité! Un problème réel en milieu rural.


Mais la question la plus importante, car elle concerne directement nos élèves est celle-ci: au-delà d’un cadre de vie stable et d’un encadrement adulte, que leur proposer de spécifique pour les mener sur le chemin de « l’excellence »? (j’ai un peu de mal avec ce terme d’excellence, que je juge un peu « bling bling; j’y préférais l’expression de « réussite éducative », plus globale, plus riche, plus proche de ce que les jeunes ont besoin.)


Pour ne pas rester dans l’abstrait, je vais simplement exposer très brièvement le projet éducatif qui a permis la labellisation « excellence » de 15 places dans l’ancien Internat de réussite éducative de mon collège.
Pré-requis pour la rédaction d’un tel projet: des soirées libres et des litres de café pour un document d’un soixantaine de pages!


Je me limite ici aux axes concernant directement la vie des élèves et leur scolarité: la réussite scolaire, les besoins éducatifs particuliers.


Réussite scolaire:
Aide pédagogique
:
– Soutien scolaire le soir, travail par groupe de compétences avec les professeurs et les maîtres d’internat.
– Approfondissement: autour de pôles d’excellence ou de passions: interventions de conférenciers, travail sur l’orientation.
Eveil à la culture:
– Découverte de la scène, des traditions locales, initiation aux codes culturels.
– Atelier théâtre.
Sensibilisation à la culture numérique:
– Maintenance et mise à jour du site web du collège; journal numérique de l’internat.
– Atelier photo et vidéo.
Valorisation des talents:
– Projet d’orientation: monographies de métiers; invitations de professionnels.
– Vivre ensemble et convivialité: espace-lecture; théâtre-forum, expression corporelle.
– Atelier « gourmand »: apprentissage de la cuisine et découverte du patrimoine culinaire local.

Quelques photos de l’année dernière:



Atelier gourmand





atelier d'art floral






Atelier gourmand




Besoins éducatifs particuliers:
Suivi médicalisé: toutes les consultations médicales nécessaires (kiné, cardio, ophtalmo, orthophoniste, dentiste, psy)
Soutien spécifique non médicalisé: calligraphie, enluminures.
Valorisation de l’image de soi: éducation à la nutrition, interventions d’une diététicienne; hygiène, coiffure.


J’ajoute que nous avons obtenu (heureusement) un poste de coordonnateur: à partir de 12 élèves relevant de la Dynamique Espoir Banlieues, ce poste est financé par l’ACSé, pour renforcer l’équipe et organiser la prise en charge  éducative des internes.


Pour l’information institutionnelle:
Dossier sur le site du MEN: http://www.education.gouv.fr/cid50541/internats-d-excellence.html#
Dossier de presse du 10 février: http://media.education.gouv.fr/file/02_fevrier/92/6/dossier-presse-Internats-d-excellence-2010_136926.pdf
Page Eduscol: http://eduscol.education.fr/pid23376-cid49900/l-internat-d-excellence.html

Développement des « internats d’excellence » et des plans académiques de l’internat, circulaire n° 2009-073 du 28 mai 2009: http://www.education.gouv.fr/cid28405/menb0912396c.html


Pour clore, ce cri du coeur d’une interne répondant à notre question « quel est l’avantage principal de vivre à l’internat? »: ne pas être obligée de faire la vaisselle! 😀

Be Sociable, Share!

2 Responses to Un internat d’excellence pour quoi faire?

  1. Pingback: Internat d’excellence: vade-mecum | CPE et Vie Scolaire

  2. Bonjour,

    Nous sommes satisfaire pour avoir consulter votre site et aimerions savoir s’il est possible à vos pensionnaires qui le désirent d’organiser des voyages sur le Bénin (en Afrique de l’ouest) aucours des vaccances scolaires pour des échanges de cultures auprès des membres de l’APASIC-ONG et avec les groupements de femmes et mixtes des zonnes rurales?
    Agréable journée à vous!

    Mme ZOTTO A. Solange, Présidente de APASIC-ONG.

    APASIC-ONG
    23 avril 2010 at 10:42