L’uniforme: le retour

Filed under: En direct |

De la convention de l’UMP, consacrée à l’éducation, qui s’est tenue hier à Paris est revenue l’idée non pas de l’uniforme stricto sensu mais, de manière plus floue, de la technique du tee-shirt enfilé par dessus les vêtements: Laurent Wauquiez interrogé par les Echos s’explique:

« Le but pour nous n’est pas l’uniforme obligatoire mais plutôt d’éviter les excès et d’exiger une tenue correcte. Certaines écoles ont expérimenté le fait de faire passer un tee-shirt par dessus la tenue des étudiants quand on est dans l’établissement. »


Cette proposition est rejointe par le député Jacques Remiller qui interrogeait le 2 novembre le ministre sur le port de l’uniforme:

« Celui-ci permet de limiter la discrimination et d’éviter à l’élève de se situer personnellement par rapport à un style particulier. L’uniforme lui permet aussi de ne pas rechercher une personnalité et une image qui n’est pas la sienne et qui traduirait une volonté de défendre une mode ou des idées qu’ils pourraient admirer sans les comprendre. L’observation de l’uniforme à l’école dans d’autres pays nous laisse entrevoir un épanouissement plus spontané, car moins recherché, de la part des élèves de primaire et de collège. Il souhaite donc connaître sa position sur cette mesure qui avait cours auparavant dans les établissements scolaires. »


le retour de l'uniforme?

Dans les Echos du 3 novembre, « L’UMP veut l’autonomie des écoles, collèges et lycées »: http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/020904593440–l-ump-veut-l-autonomie-des-ecoles-colleges-et-lycees-.htm

Question de Jacques Remiller du 2 novembre: http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-92248QE.htm

Be Sociable, Share!

One Response to L’uniforme: le retour

  1. Depuis une dizaine d'années, l'uniforme complet ou partiel (tel que proposé par l'UMP) est réapparu dans les écoles québécoises. Ce n'est pas la panacée, mais les directions des établissements qui ont fait ce choix semblent en être satisfaites. L'initiative vient ici souvent d'une volonté des parentales par le biais des conseils d'établissement des écoles.

    Éric Demers
    5 novembre 2010 at 14:12